Therapy meilleur beatmaker france
Les Chroniques

Therapy a relancé le game des beatmakers en France ?

En observant le game attentivement, j’ai pu remarquer que depuis quelques années le monde des beatmakers est en ébullition. Autant les têtes d’affiches du rap français sont figées, avec toujours le même trio depuis au moins 7 ans (sortie d’Aller-Retour) réunissant Booba, Rohff et La Fouine (lire Qui est le numéro 2 entre Rohff et La Fouine). Ce manque de renouvellement se fait au profit des beatmakers, avec comme locomotive Therapy !

Un époque favorable au beat

En faisant un rapide analyse de ces dix dernières années dans le rap on peut tirer 3 pistes qui expliqueraient cet intérêt récent pour les instrumentales :

  • L’essor de talents grâce aux nouvelles technologies. La création d’instrus est à la portée de n’importe qui, il vous suffit d’un ordinateur et d’une connexion internet pour envoyer vos prods à tous les rappeurs. Cette pratique s’est banalisée dans le rap, plus besoin d’être un producteur signé en maison disque qui envoie ses maquettes sur support physique pour toucher un rappeur.
  • Le téléchargement avait tué tous ceux qui gravitaient autour du rap, depuis 2004 les habitudes des auditeurs de rap se sont déportées progressivement vers le téléchargement. Avec la fin du support physique, les amateurs de rap ont arrêté de regarder dans la tracklist ou le livret les compositeurs, ingénieurs du son, graphistes,.. chose que soulignent les rappeurs en interview. Avec le retour en force de l’imagerie et des clips, les beatmakers retrouvent un peu de visibilité (jingle, nom écrit dans les clips, précision dans la description,..)
  • Le rap change, la forme reprend l’avantage sur le fond, le paroxysme du phénomène est symbolisé par l’arrivée de la trap music. Mais bien avant ça c’est le renouvellement des têtes d’affiches, passant du rap réfléchit au rap de l’entertainement (divertissement en anglais). Ce changement suis l’évolution du rap US, et s’accompagne d’une part de plus en plus importante accordée aux beatmakers.

Ces pistes subjectives et non exhaustives peuvent expliquer la croissance de la popularité des beatmakers en France, mais le phénomène revient surtout à une personne : Therapy 2093.

Therapy figure de proue d’une nouvelle génération

Therapy est le beatmaker le plus connu de sa génération (dans cet article je met temporairement de côté 2031 malgré son énorme talent), il a marqué une rupture dans le rap français. Je demanderais à mes lecteurs les plus assidus de faire abstraction de leur connaissance du rap pour se mettre au niveau d’un auditeur occasionnel pour se rendre compte de cette évolution. Therapy en devenant le beatmaker officiel de Booba, après avoir été celui de Sefyu, s’est propulsé sur le devant de la scène.

Booba possède une grosse frappe médiatique lui permettant de mettre la lumière sur ceux qui collaborent avec lui. Mais Booba a collaboré depuis des années avec Therapy, c’est que lorsque ce dernier a rajouté un jingle « Back to the futur » dans ses instrus qu’il a commencé à se faire connaitre du grand public. Peu savent qu’il avait placé sa première instrumentale à Booba sur Autopsie 2 avec « Quoiqu’il arrive » et que depuis 2007 il est sur chaque projet du Duc.

Therapy a relancé l’imagerie des beatmakers : présence dans les clips, jingle, référence, création de son label (avec des jeunes beatmakers talentueux) et ça a fonctionné. En 2011 j’avais assisté à un concert d’Orelsan, à la fin les nombreux fans ont totalement ignoré Skread qui est le beatmaker le plus talentueux du rap FR (et qui avait signé Tallac meilleure instru de Panthéon). Quelques années plus tard en 2014 au concert de Kaaris tout le monde hurlait pour entrevoir Therapy.

Mais au-delà de l’imagerie, c’est musicalement que Therapy a submergé le rap FR. C’est sans complexe qu’il s’est inspiré des instrumentaux en vogue outre-Atlantique. Il a signé des sons lourds et décomplexé en accord avec les envies des auditeurs. Tous les beatmakers se sont engouffrés dans cette branche, et le public a ouvert les yeux sur le fait qu’il existe d’autres moyens que prendre le mic’ pour faire de la musique.

C’est sa collaboration avec Booba qui a lancé ce mouvement, et sa scission qui va l’amplifier !

Le clash Therapy Booba a relancé encore plus le game

En s’embrouillant avec Booba Therapy a sauvé le game des producteurs de l’embourbement. On commençait à assister au même phénomène que pour les rappeurs, un beatmake pour chaque rappeur, verrouillant une nouvelle fois le game. Therapy pour Booba, Rohff totalement absent, La Fouine et ses prods par sa troupe de bras cassés, Skread pour Orelsan et Nessbeal, .. Le phénomène est allé si loin que sur Futur 14 sons sur 17 étaient signés Therapy, rendant le disque monotone, l’overdose. Mais en se brouillant, les deux figures de proue du game on relancé les paris.

Lorsque Booba s’est arrêté de collaborer, les auditeurs ont remis en question sa capacité à continuer dans son rap en l’absence de Therapy. Ses derniers albums se reposant en grande partie sur les beats de Therapy. Force est de constater qu’au contraire cette séparation a fait du bien à Booba. Après 2.0 ses prods sont de producteurs variés, et soufflent un vent frais après un album trop homogène.

Cependant l’aspect positif pour la carrière de Booba n’est pas le sujet de l’article. En choisissant d’autres producteurs, Booba a relancé la compétition. L’emprise de Therapy sur le rap game (il a produit pour : Niro, Kaaris, Booba, Joke, Nakk Mendosa, ..) s’est réduite et a laissé la place à d’autres. Une effervescence s’est recréée pour connaitre le futur beatmaker à la mode, et au lieu d’avoir une personne on a assisté à la médiatisation de plein de beatmakers talentueux avec une patte légèrement différente. Même si c’est encore Booba qui met le plus en lumière les beatmakers (Soulayman Beat en est l’exemple avec OKLM son plus beau coup médiatique) on voit de plus de plus en d’intérêt de la part des auditeurs pour les beatmakers. Les rappeurs participent à ce cercle vertueux en cherchant eux aussi à dénicher et collaborer avec les meilleurs.

 

C’est une période dorée qui va permettre plusieurs artistes de tirer leur épingle du jeu, les presque anciens affiliées à un rappeur (comme Blastar et Richie pour Joke) et tous les nouveaux. Pour le plus grand plaisir des auditeurs (qui ne peuvent plus passer à côté, les jingles étant devenus la norme).

Si l’article vous a plu n’hésitez pas à le partager et le commenter. Suivez moi sur tous les réseaux sociaux ça encourage et ça vous permet de ne rien rater !

Previous Post Next Post

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply La Vérité 10 mai 2015 at 7 h 11 min

    Un petit coup de correcteur orthographique n’aurait pas fait de mal.

    • Reply Flo 18 mai 2015 at 17 h 10 min

      Mon gros défaut, désolé, merci du commentaire !

  • Reply kunta 26 mai 2015 at 3 h 20 min

    thérapy n’est pas une personne mais un groupe de 4 beatmeakers

    • Reply SM BEATS 20 décembre 2015 at 18 h 37 min

      Therapy c un label et oui un groupe de 4 beatmakes mais Therapy 2093 et une personne (beatmaker ayant crée le label Therapy).

  • Reply Mamadou Dieng Gaye 8 juillet 2015 at 2 h 02 min

    Tes articles sont énormes, je m’en délecte tous les soirs avant de me coucher! Bon vent…

  • Reply karly 31 décembre 2015 at 17 h 38 min

    Très beau taff franchement le blog est super !!!!! Continuez coe ça!!!

  • Leave a Reply